Conversion pastorale du groupement Rive de Loire, diocèse d’Orléans

Search
Generic filters
Filter by Custom Post Type
Conversion pastorale de Montpon par les cellules paroissiales d’évangélisation – Diocèse de Périgueux
26 septembre 2018
Conversion pastorale des paroisses Notre Dame de l’Orne et Saint Jean-Eudes, diocèse de Séez
26 septembre 2018
Tout voir

Conversion pastorale du groupement Rive de Loire, diocèse d’Orléans

Le contexte (2018) :

Rive de Loire regroupe trois paroisses dans le bassin de vie d’Orléans, sur la rive sud de la Loire, Saint Denis en Val, Saint Jean Le Blanc et Saint Marceau, les deux premières appartenant aux paroisses du même nom (7500 et 8500 habitants respectivement, 30 000 habitants au total). Le contexte est urbain.

Gilles Rousselet est le curé du groupement depuis 2013, accompagné de trois autres prêtres eudistes à temps partiel. Chaque paroisse a une équipe d’animation pastorale (EAP). Au niveau du groupement, une équipe de “visionnaires”, la fraternité “Osée”, composée de paroissiens engagés dans la dynamique Talenthéo a élaboré la vision pastorale : « Pour faire connaître l’amour du Christ».

Le diocèse d’Orléans est engagé sur la période 2017-19 dans un synode “Porter la joie de l’Evangile” qui a pour principal objectif de bâtir ou affermir un véritable projet missionnaire au niveau de chaque communauté, en se référant aux cinq essentiels de toute vie chrétienne (prière, fraternité, formation, service, évangélisation). Un bilan à mi-parcours sera présenté et discuté en octobre 2018.

Le processus de la conversion pastorale :

Par définition jamais achevé, il est passé par les étapes suivantes :

  • La formation Des Pasteurs selon mon cœur (PSMC), délivrée par Talenthéo en 2013, a, pour le curé, « boosté mes aspirations profondes et mes insatisfactions ont commencé à trouver des réponses. A la fin du parcours, le partage avec les laïcs de la paroisse a été contagieux, et c’est par là que tout a commencé ».
  • Les soirées Hosanna’M, hebdomadaires depuis 2015, ont été au cœur de ce processus et sont devenues la porte d’entrée de la paroisse. Elles sont un « bain » dans lequel chaque personne qui entre en contact avec la paroisse peut recevoir les 5 essentiels de manière équilibrée.
  • La vision pastorale a été mise en place également en 2015.
  • Les petits groupes de maison ont suivi à partir de 2016, favoriser les engagements dans la durée et aller aux périphéries.
  • Une formation des leaders a été mise en place en 2017, qui a révélé l’action de l’Esprit.
  • Le parcours Disciples au cœur brulant en 2017/2018 a permis une relecture et une dynamisation du processus
  • Le projet de « Maison de jeunes, des enfants et des familles » ouverte depuis la rentrée de septembre, a été conçu pour donner notamment une suite au besoin de fidéliser les familles conquises par les soirées Hosanna’M ou simplement en contact avec la paroisse.

Les soirées Hosanna’M ont lieu tous les mercredis, de 20h30 à 22h00. Leur lancement partait de l’intuition que quand une communauté est rayonnante elle attire des gens. Et c’est ce qui manquait. « On baptisait des adultes, on mariait des couples, on ne les revoyait plus, on baptisait des bébés on ne revoyait plus les familles, les groupes de catéchisme diminuaient de moitié au terme du parcours avant de rentrer à l’aumônerie, et en s’interrogeant sur le fait que c’était comme cela, je me suis rendu compte qu’en disant aux gens venez à la messe, on n’avait pas de communauté qui était capable d’accueillir des gens, une communauté suffisamment attractive pour qu’en leur disant venez à la messe ils aient envie d’y venir et d’y rester. On avait certes des assemblées qui parfois rayonnaient et les gens disaient, si c’était comme cela tous les dimanches on reviendrait. Mais ce n’était pas suffisant ».

Au départ, les soirées étaient interrompues pendant les vacances, mais les participants ont demandé à ce qu’elles soient étendues à ces périodes, mettant en avant leur importance et la disponibilité du temps avec les enfants. Sauf exception, c’est donc maintenant toute l’année.

Le principe est de dire aux gens qui se présentent, non pas venez à la messe, mais « venez à la maison ». On les accueille ainsi en famille, quelle que soit leur demande d’origine. « On n’a même pas besoin de sortir l’agenda, on leur dit, venez mercredi prochain, on va vous accueillir. Les gens sont un peu étonnés au début, mais quand on les interroge à la fin de la soirée, ils disent en général, on n’a jamais imaginé que l’Eglise puisse être cela. On leur demande de venir au moins trois soirées. Ensuite c’est eux qui témoigneront de l’accueil ».

Le déroulement des soirées a été réfléchi pendant plusieurs mois, avec le souci de trouver un équilibre entre les cinq essentiels[1].

  • Tous les animateurs se retrouvent avant pour prier ensemble et implorer les dons de l’Esprit-Saint pour cette soirée. Elle se passe dans l’Eglise, grande ouverte, avec des lanternes sur l’escalier pour attirer les gens (« on a entendu de la musique on est rentré »).
  • On commence par un quart d’heure de louange, « et c’est pour cela que les gens sont parfois surpris », avec orchestre et projection des paroles sur un grand écran. Des serviteurs sont à la porte de l’église et toute personne qui entre est accueillie (on lui demande son nom et on la confie à un tuteur – qui lui explique comment cela se passe et ne la laisse pas seule), puis présentée nominativement.
  • Après un chant à l’Esprit-Saint, un enseignement est donné par des intervenants laïcs ou religieux, externes ou internes. La réflexion conduit à penser que ce devrait être essentiellement la Parole de Dieu, « c’est Elle qui nous enseigne ».
  • Puis partage en petits groupes,
  • Adoration du Saint Sacrement avec annonce des intentions de prières proposées pendant la soirée et témoignages de grâce pour les prières exaucées. Constat d’un charisme de vie fraternelle, mais aussi d’intercession. Sont proposées parfois des pôles de prière de guérison.
  • Enfin, dernière étape, un buffet au fond de l’Eglise avec tout ce que les gens apportent. « A la fin il faut mettre les gens dehors car ils ne veulent plus partir ». Cela a été dit, ces soirées sont la porte d’entrée de la paroisse, ainsi les parents demandant le baptême pour leur enfant ou les couples souhaitant se marier sont d’abord accueillis aux soirées Hosanna’M avec un accompagnement spécifique de membres de l’équipe de préparation au baptême/mariage, pour leur expliquer la suite du parcours.
  • La soirée est retransmise en directe sur Facebook, au profit de la « fraternité Gabriel », dénomination de toutes les personnes reliées par ce réseau.

L’affluence moyenne est de 70/80 personnes (pics à 200 personnes selon les événements), avec à chaque fois des personnes nouvelles. Cela a amené la question de la suite. La réflexion a été menée dans le cadre du parcours disciples au cœur brulant de Talenthéo et a conduit à l’idée de la maison des jeunes, des enfants et des Familles comme moyen de fidéliser les gens et favoriser leur engagement

[1] Prière, fraternité, formation, service, évangélisation, cf. Actes 2, 42-47

L’inspiration et les appuis :

Les soirées Hosanna’M ont été créées avec le soutien prophétique de l’évêque lors d’une visite pastorale, alors que le curé et son EAP étaient en pleine réflexion sur sa faisabilité et son éventuel succès. Au terme de la visite, l’évêque avait lâché, « si moi j’étais curé ici, je ferai des soirées hebdomadaires ». Quand les soirées ont été lancées quelques semaines plus tard, le curé lui a annoncé la nouvelle, mais il ne se souvenait plus du tout avoir formulé une telle recommandation, ce qui l’a amené à conclure, « cela ne devait pas venir de moi mais de l’Esprit-Saint, alors allez-y  ! »

La campagne des petits groupes a été créée après un contact avec Fontainebleau[1]. Dans la mesure où existaient déjà les soirées Hosanna’M, cette formule a été préférée aux cellules paroissiales d’évangélisation, avec néanmoins le double objectif d’aller aux périphéries et de favoriser les engagements dans la durée. Lors de la première session (Avent puis Carême 2016), la campagne avait été menée pour préparer Noël et Pâques et 13 groupes avaient été constitués. Pour la future session, l’idée est d’y ajouter des petits groupes qui accueilleraient pour leur préparation les candidats au baptême ou au mariage.

Action de l’Esprit : Il est apparu très important pour la conversion pastorale de faire croître le nombre de disciples-missionnaires et en conséquence de former des « leaders ». En 2017, la formation a été mise en place sur 5 soirées, une par semaine (vision pastorale, outils d’animation, le fonctionnement du leadership…). Trois sessions ont eu lieu, formant à chaque fois 12 leaders et c’est sur ce rythme annuel que la paroisse envisage de continuer. Elles se finissent toujours par une effusion de l’Esprit-Saint, et tous se sont rendu compte que ces cessions de formation étaient en réalité des préparations à l’effusion. Finalement, c’était cela qui comptait le plus, car l’effusion de l’Esprit renouvelait complètement la vie des leaders ! « L’Esprit-Saint donne plus que ce qu’on lui demande ».

Les formations se sont inspirées des outils du parcours Talentheo et du livre « évangéliser selon le maître » de Robert Coleman dans lequel l’auteur explique comment Jésus avait la préoccupation de former ses disciples. Les leaders d’origine, constitués en une fraternité, Osée, suivent et animent eux-mêmes les formations pour accompagner les nouveaux leaders dans leur responsabilité paroissiale. Le choix des « leaders » se fait dans une prière partagée et permet, même s’il y a toujours des refus, d’en trouver toujours 12.

Pour l’effusion proprement dite, la paroisse fait venir des binômes de prière du Renouveau charismatique (priants confirmés de plusieurs communautés sur le diocèse d’Orléans).

Talenthéo a apporté son appui à trois reprises. En 2013, au début du processus, avec le parcours Pasteur selon mon cœur (PSMC cf. supra). En 2015 la vision pastorale avait été adoptée mais cela rencontrait des obstacles (nous avions les pièces du puzzle, mais manquait l’agencement, l’articulation. Par exemple nous n’arrivions pas à faire travailler ensemble les divers leaderships indispensables). Une coach de talentheo est venue une journée et ensemble nous avons pu tout débloquer. En 2017, l’invitation à suivre le parcours Disciples au cœur brulant a fait écho aux difficultés passées, au constat qu’il ne suffit pas d’avoir les meilleurs outils, il faut avoir la capacité de les mettre en œuvre correctement. Le principe du parcours, une sorte de service après-vente de PSMC, est de relire son expérience en vue de la potentialiser. Une première réunion de 11 paroisses de toutes régions a conduit à former des trios de curés/paroisses puis pendant un an, au rythme d’une par mois, des réunions en trios et en assemblées plénières ont alterné, toutes en visio-conférence accompagnées des coachs, pour expérimenter des outils d’animation et faire une relecture de l’expérience en cours devant les pairs.

De cette relecture entre prêtres et paroissiens passionnés par cette dynamique, chacun apportant ses idées, son éclairage, son questionnement et ses encouragements, « on est tous ressortis avec un amour de l’Eglise et une espérance de l’Eglise renforcés », un sentiment notamment plus fort d’Eglise universelle car « on n’est pas tout seul ».

[1] Voir http://actionenparoisse.com/maisonnees-thematique-avant-noel-ou-paques/

Conditions de succès, obstacles, enseignements :

Le point de départ est la conversion pastorale des pasteurs et des communautés. Selon l’évangile, l’Eglise est faite pour croitre et non pour entretenir un état antérieur. Comme lors de la pèche miraculeuse, c’est parce que les barques se sont unies que le filet ne s’est pas déchiré et qu’aucun poisson n’est retombé à l’eau. Cette conversion est possible parce que tout est possible à Dieu et donc à partir du moment où il est au centre en particulier par l’adoration eucharistique.

La relecture du processus par le trio de prêtres du parcours Talenthéo « Disciples au cœur brulant » a fait apparaître que cette formation des leaders et l’effusion de l’Esprit Saint était un point crucial du dispositif de conversion pastorale.

Une condition essentielle du succès est la collaboration prêtres/laïcs dans l’esprit du concile Vatican II. Les paroisses sont des lieux où chacun peut donner le meilleur de lui-même au service de la croissance. Il y a une réelle complémentarité sur laquelle nous devons nous appuyer. La fraternité Osée qui reçoit, porte et communique la vision pastorale, s’inspire de la manière dont Jésus a formé prioritairement les 12 apôtres, puis Pierre, Jacques et Jean et enfin Simon Pierre.

Il y a eu le souci de créer au sein de chacune des trois paroisses du groupement une activité phare, attractive, particulière, qui ne fasse pas concurrence aux autres. Le processus a été lancé à Saint-Marceau (presbytère) avec les soirées Hozanna’M, à Saint Denis en Val des mini HO’M ont été mis en place en 2017, le dimanche après la messe (repas partagé, enseignement, louanges) [1] et c’est sur la troisième paroisse, Saint Jean le Blanc qu’est mise en place la Maison des jeunes, des enfants et des familles depuis la rentrée de septembre. Elle accueille des jeunes de 6 à 11 ans le mercredi toute la journée et le vendredi soir ceux de 11 à 18 ans.

Toucher les parents à travers la catéchèse d’enfants est essentiel. Le curé les invite systématiquement à venir récupérer leurs enfants quarante-cinq minutes avant la fin de la séance, pour un thé (10-15 mn) et ensuite une catéchèse (20-30 mn), ils repartent ensuite avec leurs enfants. C’est plus efficace dans ce sens qu’au début.

[1] Réflexion en cours pour faire évoluer le dispositif car la priorité du dimanche est encore considérée pour la famille.

Les fruits :

Le Père Rousselet considère que « les soirées HO’m ont considérablement renouvelé la physionomie de la paroisse, avec plus d’accueil, d’apostolat. Un vieux couple a témoigné « Vos soirées, cela nous gonfle » ! La vraie fécondité de ces soirées, ce sont des paroissiens qui finissent par déclarer « maintenant on veut à notre tour servir ».

Il n’y a pas encore d’impact décisif sur le nombre de pratiquants (« il faut du temps pour inverser la courbe », mais des courbes se sont inversées, par exemple sur la catéchèse (et la réduction de l’absentéisme) par contre il y a un effet très perceptible sur le dynamisme des serviteurs et sur la qualité de l’accueil, avec de plus en plus de gens qui disent que leur vision de l’Eglise a complètement changé. L’objectif de la maison des jeunes est d’attirer une population encore peu présente et toucher par leur intermédiaire leurs parents.

Plus d’info :

Site : www.rivedeloire45.fr

Contact : Gilles Rousselet curé du groupement, tel 02 38 66 35 16

Formulaire de contact : http://contact.bayardserviceweb.com/?mail=Z2lyb3Vzc2VsZXRAd2FuYWRvby5mcg==

Cette fiche en pdf : Conversion pastorale Rive de loire