Poser les fondations – Chapitre 5, introduction

Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Custom Post Type
Filtrer par thèmes
Autres
Blog - Manuel de survie pour les paroisses
Dossiers
Evangélisation
Evénements
Formation
Idées
Louange
Prière & Liturgie
Services
Toutes les actions
Vie fraternelle

Poser les fondations – Chapitre 5, introduction

Pour que la paroisse refondée soit bâtie sur le roc, il faut la doter d’une culture, c’est-à-dire des valeurs portées par la communauté. Un des moyens d’apprécier si la paroisse agit conformément à son discours est de voir si les moyens humains et budgétaires (monétaire et en temps) sont adaptés aux intentions : évangélisation, service, catéchèse….Une  culture forte est une condition essentielle pour une paroisse en bonne santé. Il ne suffit pas d’imiter, de prendre ailleurs le meilleur programme, il faut que toute la communauté soit portée par un ensemble de valeurs. JM en énumère 10, qui composent le tiers de l’ouvrage :

  1. Privilégier le week-end, c’est-à-dire sortir de la logique de faire des messes de moins d’une heure pour ne pas déranger les paroissiens. Voulons-nous que les célébrations soient de vraies fêtes ?
  2. Hospitalité. Mettre en place une véritable structure d’accueil pour les nouveaux paroissiens : équipe dédiée à l’entrée de l’église, inscription pour établir le contact, rencontres régulières pour faire connaissance…
  3. De la musique pour l’âme. Un des 3 H (hospitalité, hymnes, homélies) pour toucher les âmes au plus profond. Eviter l’uniformité imposée qui fait violence à l’unité. Adorer et louer. Faciliter la participation (écrans…)
  4. Homélies. Prêcher le Christ avec amour et de manière consistante.
  5. Une communauté profonde. Est-ce que le rassemblement de fidèles sous le même toit pendant l’heure de messe constitue une communauté ? Offrir l’opportunité d’une expérience réelle et authentique d’appartenance. Evangelii gaudium nous dit que « l ’Eglise doit être le lieu de la miséricorde gratuite, ou tout le monde peut se sentir accueilli, aimé, pardonné et encouragé à vivre selon la bonne vie de l’Evangile ». Le parcours alpha est un instrument puissant d’accompagnement. JM énumère 4 autres moyens pour refonder cette communauté : les dimanches étiquettes (une fois par mois, les paroissiens portent à la messe un badge qui permet de les identifier), partenariat de prières à la messe, prières pastorales après la messe (une fois par mois, quelques équipes accompagnent dans la prière ceux qui le souhaitent), sondage Gallup périodique pour identifier la proportion d’activement engagés non engagés et activement désengagés (objectif 4 engagés pour 1 désengagé).
  6. Des attentes claires. Jésus accueille mais demande qu’on le suive. Faire appel aux paroissiens pour générer un sentiment d’appartenance. Tenir compte de la diversité des âges, spiritualités et disponibilités.
  7. Un ministère basé sur les atouts. L’appel aux paroissiens est trop souvent basé sur les nécessités de service et non pas sur les talents de chacun.
  8. Formation de petites communautés
  9. Faire l’expérience du Saint-Esprit, Esprit de force pour donner de la force à la paroisse.
  10. Inviter à l’Eglise, créer une culture d’invitation.