Faire témoigner les paroissiens pour sanctifier la communauté

Search
Generic filters
Ecosystème de la conversion missionnaire
28 mai 2020
Venez et Voyez, un parcours pour vivre une rencontre personnelle avec le Christ
10 août 2020
Tout voir

Faire témoigner les paroissiens pour sanctifier la communauté

Le concept

OBJECTIF :

La sanctification du dimanche est un des piliers de la démarche pastorale de la paroisse Sainte Bernadette. Pour favoriser un esprit de communauté, montrer comment la foi se vit et comment le Christ agit, un temps court (le before) est dédié avant le début de la messe à des témoignages de paroissiens et aux annonces : 3 mn pour les annonces puis 7 mn maximum pour le témoignage. Ce dernier est systématique pour la messe des étudiants le dimanche soir, et a lieu une fois par mois pour la messe du dimanche matin.

CONTEXTE :

Depuis 2010, Mgr. Carré a souhaité un nouveau projet pastoral, où se lie la vie paroissiale et la vie étudiante. La Paroisse étudiante Ste. Bernadette se situe dans le quartier des hôpitaux-facultés. Avec plus de 45000 habitants, dont l’âge moyen est de 30 ans, la communauté est spécialement jeune et les familles aiment s’y retrouver. L’importante présence étudiante dans ce coin de Montpellier s’explique par la présence à proximité des principales facultés.

Ce temps initial, avant la liturgie, a été initié après la réflexion qu’au cinéma, ce qui permet au spectateur de ne pas rater le début du film, c’est la présence de bandes annonces et de publicités. L’heure de la séance affichée ne correspond pas au démarrage du film ! En pratique, l’office commence un peu avant 18h40 pour un horaire annoncé de 18h30.  Par ailleurs, il a semblé aux prêtres que l’assemblée est plus réceptive aux annonces en début d’office qu’à la fin.

Un témoignage du dimanche soir parmi d’autres : une étudiante d’origine africaine raconte qu’elle a été élevée dans la foi chrétienne mais que sa pratique s’est relâchée. De nature plutôt solitaire, elle se posait beaucoup de questions et c’est ce qui l’a amené à rejoindre des petits groupes de partage au sein de la paroisse, trois ans auparavant. Elle s’est ouverte, a rencontré de nombreux amis et est aujourd’hui responsable de l’équipe de louange.

MISE EN PLACE :

La pratique était occasionnelle au début. Après trois ans elle est devenue plus organisée et systématique. Le constat est que l’investissement est faible, en revanche l’anticipation est importante. Elle commence par repérer les thèmes liturgiques pour faire coïncider autant que possible le témoignage avec l’annonce de la Parole ou l’événement liturgique. Le repérage des témoins potentiels, au sein de la communauté paroissiale, est partagé au sein de l’équipe pastorale (prêtres, diacres, EAP, services…). Le témoin est invité à écrire préalablement son témoignage qui sera relu, éventuellement aménagé pour tenir dans les délais et, si le temps le permet, répété avec le curé qui gère pour l’instant cette activité. Il lui appartient ensuite de le lire ou de s’en servir de trame pour une parole directe. Il faut compter un bon mois entre le repérage et le témoignage.

LES FRUITS :

Il convient d’abord de noter que cette initiative n’a rencontré au départ que très peu de réactions hostiles, alors qu’il est si facile de se plaindre quand les habitudes sont bousculées ! Au contraire, beaucoup de personnes sont touchées, font part de leur enthousiasme. Souvent le témoin poursuit la discussion sur le parvis à la sortie de la messe.

Les gens sont touchés par ces témoignages de personnes sorties de leur rangée. Cela montre qu’être chrétien ce n’est pas être extraordinaire, cela donne du sens à la sainteté au quotidien à laquelle tous les baptisés sont appelés. Les témoins ne sont d’aucune manière de « grands témoins ». L’assemblée apprend au fil du temps à connaître ses membres, le témoignage facilite la communauté, la rend active.

Les témoins eux-mêmes remercient, reconnaissants de l’occasion qui leur est donnée de mettre des mots sur leur expérience, cela les aide à progresser sur leur chemin de sainteté.

Après ce temps de témoignage et les annonces, l’entrée dans la liturgie est facilitée.

L’objectif, encore une fois, est d’amplifier la notion de dimanche, de ne pas la réduire à la messe, de la poursuivre par un temps amical (apéro…). Le dimanche et la paroisse deviennent respectivement un temps et un lieu de vie chrétienne.

En pratique

CATEGORIE(S) : Vie fraternelle, liturgie

LIEU/DIOCESE :  Paroisse Sainte Bernadette, Montpellier

DATE DE REALISATION : 2017

MOYENS REQUIS

Humain :  Le curé gère actuellement cette activité de témoignage en liens avec les services

Financier : Nul

Temps : Faible, nécessité d’anticiper

CONTACT/ RESSOURCES :

Site paroissial : https://saintebernadettemontpellier.cef.fr

Contact : Abbé Jean Vincent Raccurt